Make your own free website on Tripod.com
Très Chers..
par Larry K. ROBISON



Larry Robison,
21 janvier 2000
Très Chers,

Si vous lisez cette lettre cela signifie que je ne suis plus là. J’aurais aimé écrire une longue lettre à chacun d’entre vous pour partager mes pensées et mes sentiments, sur ce que vous avez représenté pour moi dans cette vie. Mais la plupart d’entre vous savent que je suis un correspondant médiocre et un prolétaire velléitaire, et, lorsque la date de mon départ s’est rapprochée, la correspondance et l’interaction sociale sembla de moins en moins importante. J’en suis venu à réaliser 

que si je ne prenais pas le temps de m’asseoir, de réunir mes pensées pour les mettre par écrit, elles resteraient probablement inexprimées. Comme il y a tant de choses en général que je voulais partager avec vous, j’ai donc décidé de les inscrire dans une lettre ouverte. Tout d’abord, je veux dire que je vous aime tous, au-delà de ce que les mots peuvent exprimer. Cela aura été un honneur et un privilège de purger ma peine avec vous. Oui, nous purgeons tous notre peine, comme disait mon ami Bob Lozoff, et ce quel que soit le côté des barreaux où l’on se trouve. Faire son temps dans la prison qu’est le corps. Et comme toutes les créatures nées dans un corps, nous sommes tous sous le coup d’une peine de mort. Pensez-y, nous sommes tous des prisonniers et tous dans le couloir de la mort – une pensée étrangement réconfortante car elle nous rend égaux. Toutefois, comme je l’avais déjà répondu à un correspondant de l’extérieur à propos de la vie pénitentiaire, « Ces endroits (les prisons) sont, sans l’ombre d’un doute, le terrain d’épreuves psychologiques le plus sévère jamais conçu ». Mais je me souviens aussi avoir compléter ma réponse en ajoutant que finalement, je n’avais pas de grief particulier car l’endroit dans lequel je vivais n’était pas aussi sévère qu’il aurait pu l’être. Et à tous les degrés, les leçons ont été mieux apprises dans notre propre prison. Une autre observation que j’ai pu vous faire, vous à l’extérieur, est que votre cellule est sans doute plus spacieuse que la mienne mais lorsque le but est la liberté, la taille n’a pas d’importance mis à part qu’une petite cellule offre peu de distractions lorsque l’on a besoin de s’échapper. Donc j’ai plutôt eu de la chance de ce côté et encore plus de chance…

Pour la plupart des gens, peut-être, il semblerait que ma vie ne soit qu’un échec abject. Je peux déjà les entendre « Il avait tout pour lui et il a tout raté » et « Quel gâchis de potentiel humain ». Mais les apparences sont très souvent trompeuses. La vérité est, excepté pour ce qui concerne mon association au couloir de la mort, j’ai mené une vie anodine, je crois pouvoir dire que dans cette vie je n’ai pas laissé de mauvaises choses inachevées et n’ai rien fait en général qui puisse être admiré par Dieu ou par les hommes. En fait, il n’y a qu’une seule bonne chose que j’ai su accomplir. C’était lorsque j’ai rencontré Sant Ajaib Singh Ji, un Maître vivant, un Saint parfait qui est le représentant de Dieu sur la terre, reconnu en tant que tel et ayant reçu l’initiation Sainte de Naam. Et c’est cela qui a fait toute la différence. Sans elle, toutes les bonnes choses de ce monde auraient été vaines. Grâce à elle, malgré mes nombreuses transgressions, ma vie a été couronnée de succès. Je ne peux pas me targuer de ce succès car lui-même aura été un cadeau à la grâce de Dieu. A travers lui, Dieu m’a utilisé pour toucher les vies de tout ceux qui sont venus à ma rencontre. Jamais je ne parviendrais à rembourser cet incroyable cadeau. Je ne peux qu’être étonné et reconnaissant car c’est ainsi que l’infini pouvoir de Dieu se manifeste ; au travers de la vie inconditionnelle, de la pitié et du pardon.
Bien sûr, Il est le donateur suprême et nous ne sommes que les récipients, ce pour quoi nous fûmes créés. Pourtant, voilà un secret magnifique : même en tant que récipients, l’opportunité nous est donnée de partager l’offrande et la création avec Lui – en transformant notre désir de recevoir pour soi-même en un désir de recevoir pour partager avec les autres. Ceci est notre vocation première – devenir les liens pour la Lumière Infinie et l’Amour, et découvrir la magie du service pour les autres. Si nous décidons de ne pas être les serviteurs de ce Souhait Divin, nous serons les perdants.

Il ne reste qu’un conseil final que je puisse offrir aux gens de ce monde et je le partage avec chacun – ma famille, mes amis, chaque homme, femme et enfant, chaque être doué de sensation dans l’œuvre de Dieu. Si vous n’avez pas de gourou, alors cherchez un gourou. Car il est le Seul qui puisse nous libérer au moment de la mort. Et Il n’échouera pas dans le sauvetage des êtres chers qui sont venus sous sa protection. Si pour une raison ou une autre vous ne pouvez accepter un gourou, ne vous inquiétez pas. Si vous lisez cette lettre, cela signifie que vous m’aimez et ceux qui aiment l’un des initiés du Maître Parfait seront aussi libérés.

Maintenant, je souhaiterais partager avec vous ce qui peut être considéré comme les dernières paroles de mon bien aimé Satguru avant qu’Il ne quitte ce monde de douleurs et de souffrances.

Kirpal m’a appelé et je dois partir
Ne pleurez pas, il faut continuer à sourire.
Maintenant Ajaib n’est plus et la cage est vide.

Je ne rajouterais que Amen, je m’en vais pour être avec lui. Il lève un doigt et dit « il est l’heure de partir ». Je m’en vais heureux avec le sourire aux lèvres.

Ne soyez pas tristes car maintenant je suis libre. Soyez généreux les uns envers les autres, aimez vous et bientôt nous serons tous libres car le temps n’est qu’une illusion dans l’océan infini de l’amour. Souvenez-vous de ces mots que je vous ai adressés alors que j’étais encore là . Ils viennent du cœur et nos cœurs ne font qu’un. Je vous aime tous.
 
Satguru nath Maharay Ki Jai

En son précieux nom,

Pour toujours, 

Copyright © 1999,2000 by larryrobison.org. All Rights Reserved
PO Box 1176 * Burleson, TX 76097
 
 

BACK TO STOP BARBARIE